*Une etude de Capital sur le teletravail*

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Même si de plus en plus d’employeurs cherchent à faciliter la vie de leurs salariés parents, il reste encore beaucoup de progrès à faire, selon le dernier baromètre annuel de l’Observatoire de la parentalité en entreprise.

Oui au télétravail ! Un tiers des salariés ayant des enfants souhaiterait mettre en place cette organisation pour mieux concilier leur job et leur vie de famille. L’idée commence en tout cas à faire son chemin : 16% des 1,007 sondés peuvent désormais travailler de chez eux contre seulement 10% l’an dernier, d’après le troisième baromètre annuel de l’Observatoire de la parentalité en entreprise réalisé en partenariat avec l’Union nationale des associations familiales (Unaf). Cette habitude est particulièrement développée en région parisienne, où près d’un tiers des 200 Parisiens interrogés télétravaille.

Les entreprises semblent soucieuses du problème. Crèche d’entreprise, aménagement des horaires de travail… elles sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des dispositifs pour simplifier la vie des parents. Près de la moitié des salariés bénéficient, par exemple, d’une mutuelle avantageuse pour leur famille, 29% ont droit au maintien de salaire durant leur congé maternité ou paternité, si leur rémunération dépasse le plafond de la Sécurité sociale (+5 points par rapport à 2010). A l’occasion de la publication de ce baromètre, 26 nouvelles entreprises ont d’ailleurs signé la Charte de la parentalité. “Au total, 263 employeurs adhèrent à cette charte. Soit près de 2 millions et demi de salariés concernés”, s’est félicité Jérôme Ballarin, le président de l’Observatoire à l’origine de cette initiative.

Ces améliorations ne doivent pas cacher un monde du travail qui laisse encore peu de place à la vie de famille. Sept employés sur dix estiment que leur entreprise ne fait pas grand chose pour les aider à jongler entre vie professionnelle et familiale. Ce chiffre grimpe à 74% pour les parents qui élèvent seuls leurs enfants. La plupart estime être plus stressé qu’en 2010 : 24% des personnes interrogées jugent leur travail “trop prenant” et regrettent que ce “stress rejaillit sur leur vie de famille”. Parmi les solutions évoquées pour leur faciliter la vie : des temps partiels sans impact sur la carrière, pas de réunion avant 9 heures ou après 17h30 ou une participation financière de l’employeur aux frais de garde des enfants.

© Capital.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>